« Aucun tir de fusils ne sera entendu, si je suis élu au soir du 22 novembre 2020 », dixit Eddie Komboïgo

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) était à Ouahigouya pour mobiliser ses militants en vue des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020. Les militantes et militants du Yatenga et d’ailleurs ont répondu massivement à l’appel de Eddie Komboïgo, candidat à la présidentielle de 2020.

 

Venus de toutes les provinces de la région du Nord et une forte délégation de Ouagadougou pour soutenir leur candidat, le meeting a aussi connu la participation d’amis au parti venus du Togo, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la France et des partis alliés comme l’UDP, le MJR et l’UDR pour rehausser l’éclat de l’événement. Les amazones de EKO et les artistes locaux ont tenu les participants au meeting durant ce long temps.

 

12h30, Eddie Komboïgo et sa délégation font leur entrée à la Place de la Nation au son des vuvuzelas et du vrombissement des engins motorisés, à l’allure d’un sport d’acrobatie. Après les salutations d’usage, on a entonné l’hymne du parti avec les mains levées en forme de « V », signe de victoire. Place aux interventions ponctuées par des pas de danse des artistes prestataires. Prenant la parole, le directeur provincial de campagne et par ailleurs 1er titulaire pour le compte du CDP au Yatenga, Barou Oumarou Ouédraogo a salué la forte mobilisation des militants à ce meeting, signe selon lui de la vitalité du parti que certains avaient pourtant donné pour mort. L’occasion lui a été donné de présenter les autres candidats aux législatives au nombre de 8 dont 4 titulaires et 4 suppléants. Il a invité les militants à porter leur choix sur eux afin qu’ils puissent accompagner leur président à asseoir son programme de développement.

Prenant à son tour la parole, le candidat du CDP à la présidentielle, a d’abord dépeint la situation sécuritaire de notre pays en ces termes : « Notre pays le Burkina Faso ne se porte pas bien depuis 5 ans durant et continue de souffrir. 1 500 civils tués, plus de 400 militaires tombés sous les balles assassines des forces du mal, faisant des orphelins et des veuves. Nous n’allons plus accepter de présenter des condoléances », Une minute de silence a été observée pour le repos de ses âmes.

 

Dans la liste des promesses, Eddie Komboïgo promet que s’il est élu au soir du 22 novembre 2020, président du Faso, aucun tir de fusils ne sera entendu. « Le CDP cherche le pouvoir pour mettre fin à cette guerre d’une manière intelligente. Cela passe par la négociation, la diplomatie, la réconciliation nationale ». Il a aussi dénoncé la division et les affectations de certains agents du fait de leur couleur politique. Sur le plan économique, Eddie Komboïgo promet de faire des investissements structurants, la construction de l’auto route Ouaga-Abidjan, la construction des rails, la relance de l’aéroport de Donsin. Pour le compte de la province du Yatenga, le candidat promet renforcer la capacité de production, l’octroi des ressources pour des activités génératrices de revenus aux femmes, l’approvisionnement en eau potable.  Il promet également de développer le capital humain pour éponger le chômage des jeunes. Sur le plan de l’éducation, l’école classique connait ses limites et le candidat compte, à côté d’elles, créer des écoles techniques.

ZZ 

shares