Présidentielle et législatives 2020 : La CENI poursuit la proclamation des résultats malgré le retrait des commissaires de l’Opposition

« S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire ». Ainsi avait parlé le chef de file de l’Opposition politique burkinabè au cours d’un meeting tenu le 18 novembre 2020 à Banfora. Eh bien, nous y sommes.

Au lendemain des élections couplées présidentielle et législatives, l’Opposition a organisé une conférence de presse pour dire qu’elle ne reconnaitra pas les résultats issus des urnes. Elle estime que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a failli dans l’organisation administrative et pratique des élections. Toute chose qui les emmène à émettre de très fortes réserves sur la ‘’sincérité’’ et la ‘’crédibilité des résultats’’.

« La modification, à la dernière minute, et de manière informelle, du nombre et de la cartographie des bureaux de vote retenus pour les élections. Il est avéré que des bureaux de vote prévus pour être ouverts sont restés fermés alors que d’autres bureaux qui ne devraient pas s’ouvrir pour raison d’insécurité ont été ouverts à la dernière minute sans une concertation préalable des acteurs politiques et sans le quitus du Conseil constitutionnel comme il se devait », a souligné les partis signataires de l’accord politique dans une déclaration lue par Tahirou Barry.

Au cours de la soirée du 23 novembre, au moment où les premiers résultats étaient en train de tomber, l’Opposition a appelé ses représentants à quitter la CENI pour ne pas se faire complice de la « mascarade électorale qui était en cours ». Ces derniers ont effectivement répondu à l’appel. Tous les cinq représentants de l’Opposition ont quitté la salle des travaux, obligeant la CENI à suspendre ces travaux.  A noter que la CENI est composée de 15 membres, dont 5 de l’Opposition, 5 de la majorité et 5 de la Société Civile.

Mais au cours de la journée du 24 novembre, les 10 autres membres de la Commission, constatant l’absence des 5 de l’Opposition, ont décidé de poursuivre la compilation et la proclamation des résultats. Résultats qui donnent le candidat du MPP en tête de la Présidentielle au moment où nous mettions sous presse.

Pour leur part, les Observateurs nationaux et internationaux , notamment la CODEL  (Ndlr: elle a déployé 3800 observateurs) ont salué la sincérité et la transparence des élections en dépit de quelques dysfonctionnements.  La CODEL a notamment demandé à la CENI,  de  poursuivre son travail de compilation dans la sérénité et dans le respect des délais fixés par le code électoral.

Fatim Ouédraogo

 

shares